2 Avril 2015

« L’organisme D’un couvert à l’autre est indispensable pour la communauté de Longueuil. », Diane Lamarre

Longueuil, le 2 avril 2015 –  La députée de Taillon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de santé et d’accessibilité aux soins, Diane Lamarre ajoute sa voix à celle de nombreux citoyens et intervenants de Longueuil afin de donner son appui à l’organisme D’un couvert à l’autre

Cet organisme d’économie sociale permet depuis quinze ans à des personnes atteintes de schizophrénie de réintégrer le marché du travail et assure également un accompagnement à de nombreuses  personnes atteintes de problèmes de santé mentale. Plus de cent cinquante personnes ont pu bénéficier de ces services qui devraient faire modèles dans la manière de soutenir les personnes qui ont une maladie mentale. Leur financement n’est toutefois jamais assuré d’une année à l’autre et la situation financière actuelle laisse présager que l’organisme devra fermer le 10 avril prochain. 

Il y a un an, le 26 juin 2014, la députée de Taillon avait attiré l’attention du  ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Barrette,  sur la situation préoccupante D’un couvert à l’autre lors de l’étude des crédits budgétaires du Ministère de la Santé et des Services sociaux, volet Santé à l’Assemblée nationale. 

« Le ministre Barrette s’était engagé à donner suite, avec sa collègue, la ministre déléguée aux Services sociaux, aux demandes D’un couvert à l ‘autre.  Il avait même mentionné « l’importance indéniable » de ce type d’organisme. Nous espérons donc qu’il soutiendra, tel que promis, cet organisme dont la vocation est exceptionnelle.», a déclaré la députée de Taillon. 

« La situation actuelle D’un couvert à l’autre est inquiétante puisque des dizaines de personnes pourraient se retrouver sans travail, sans accompagnement et laissées à elles-mêmes. Plusieurs d’entre elles, ont réussi à quitter l’aide sociale grâce à leur emploi à D’un couvert à l’autre. Le ministre avait partagé avec moi l’importance de ce type d’organisme. Il faut maintenant que le ministre agisse. », poursuit Diane Lamarre. 

« L’organisme D’un couvert à l’autre est indispensable pour la communauté de Longueuil.  Il faut lui trouver du financement récurrent afin d’assurer sa pérennité.  Le ministre doit s’impliquer personnellement, comme il l’avait promis il y a un an. » conclut Diane Lamarre, qui a exposé, encore une fois, la situation au ministre, lors d’une séance à l’Assemblée nationale, tenue le 31 mars dernier sur le budget.  La réponse se fait toujours attendre.